”Maintenant c’était plus rarement dans des robes de chambre japonaises qu’Odette recevait ses intimes, mais plutôt dans les soies claires et mousseuses de peignoirs Watteau desquelles elle faisait le geste de caresser sur ses seins l’écume fleurie, et dans lesquelles elle se baignait, se prélassait, s’ébattait, avec un tel air de bien-être, de rafraîchissement de la peau, et des respirations si profondes, qu’elle semblait les considérer non pas comme décoratives à la façon d’un cadre, mais comme nécessaires de la même manière que le « tub » et le « footing », pour contenter les exigences de sa physionomie et les raffinements de son hygiène. Elle avait l’habitude de dire qu’elle se passerait plus aisément de pain que d’art et de propreté, et qu’elle eût été plus triste de voir brûler laJoconde que des « foultitudes » de personnes qu’elle connaissait.”

M. Proust “À l’ombre des jeunes filles en fleurs”

13233056_1123623304346953_8466786221374083950_n
Antoine Watteau: “La Sérénade italienne” (detall), 1715
13227234_1123623361013614_8352961588598078343_n
Leonardo Da Vinci: “La Gioconda” (1503-1519)
Anuncis