“Un homme qui dort tient en cercle autour de lui le fil des heures, l’ordre des années et des mondes. Il les consulte d’instinct en s’éveillant, et y lit en une seconde le point de la terre qu’il occupe, le temps qui s’est écoulé jusqu’à son réveil ; mais leurs rangs peuvent se mêler, se rompre. Que vers le matin, après quelque insomnie, le sommeil le prenne en train de lire, dans une posture trop différente de celle où il dort habituellement, il suffit de son bras soulevé pour arrêter et faire reculer le soleil (1) et à la première minute de son réveil, il ne saura plus l’heure, il estimera qu’il vient à peine de se coucher.

 Al·lusió bíblica: Josué va parar el sol per permetre al seu poble emportar-se una victoria completa Gustave doré: "Josué arrête le soleil"
(1) Al·lusió bíblica: Josué va parar el sol per permetre al seu poble emportar-se una victoria completa. Gustave Doré: “Josué arrête le soleil”

Que s’il s’assoupit dans une position encore plus déplacée et divergente, par exemple après dîner assis dans un fauteuil, alors le bouleversement sera complet dans les mondes désorbités, le fauteuil magique le fera voyager à toute vitesse dans le temps et dans l’espace (2), et au moment d’ouvrir les paupières, il se croira couché quelques mois plus tôt dans une autre contrée.

thetimemachine-no-logo
(2) Al·lusió probable del llibre de H.G. Wells, “The Time Machine”, publicat el 1895. (Nota de Francine Goujon per a l’edició de La Pléiade, 1987)

Mais il suffisait que, dans mon lit même, mon sommeil fût profond et détendît entièrement mon esprit ; alors celui-ci lâchait le plan du lieu où je m’étais endormi, et quand je m’éveillais au milieu de la nuit, comme j’ignorais où je me trouvais, je ne savais même pas au premier instant qui j’étais ; j’avais seulement dans sa simplicité première le sentiment de l’existence comme il peut frémir au fond d’un animal ; j’étais plus dénué que l’homme des cavernes ; mais alors le souvenir — non encore du lieu où j’étais, mais de quelques-uns de ceux que j’avais habités et où j’aurais pu être — venait à moi comme un secours d’en haut pour me tirer du néant d’où je n’aurais pu sortir tout seul ; je passais en une seconde par-dessus des siècles de civilisation, et l’image confusément entrevue de lampes à pétrole, puis de chemises à col rabattu, recomposaient peu à peu les traits originaux de mon moi.”

M. Proust “Du côté de chez Swann”

 

 

Advertisements